08/08/2004

La Bataille de Vassili

Je ne sais pas si c'est la châleur moite qui règne entre 2 orages, ma peau collante qui fait scratch quand je me tourne sur mon magnifique canapé en vraie imitation cuir, ou mon réseau WiFi qui génère des ondes qui ne rendent pas dingues QUE les chauves-souris, mais cette année les mouches m'enquiquinent particulièrement. Ravi de ma trouvaille high-tech trouvée chez Aldi pour 4,90 EUR, je me suis tapi dans l'ombre dans l'attente de ma proie. Composée d'une raquette en plastique jaune d'une vingtaine de centimètres, l'arme fatale anti-mouches a la particularité, si on y ajoute 2 piles AA, d'électrocuter tout ce qui rentre en contact avec le cordage maléfique. Imparable. Fabriqué en Israêl. Tapi dans l'ombre, donc, j'exécute un magnifique revers qui aurait rapporté à la vilaine Clijsters au minimum 100.000 US $. Moi, à part le cadavre d'une grosse bleue, nada, mais j'exulte. On a le bonheur facile parfois. Bonheur éphémère, une autre grosse bleue, sans doute faudrait-il plutôt dire un gros bleu, puisqu'il devait s'agir du copain de la précédente, m'attaque lâchement, visant le nez et mordant à pleines dents. Surpris par la lâcheté et le fait que les mouches peuvent mordre, je me surprends dans un réflexe il est vrai un peu con : écraser le veuf ET mon pif d'un coup râgeur de raquette...électrifiée, j'avais oublié. Bizarre qu'un nez devenu 3x plus gros que la normale ne permet de respirer qu'au tiers de la normale. Evidemment, avec les capacités pulmonaires d'un asthmatique atteint du cancer des poumons pour tabagie récurrente, et une moitié de visagne habitée de tics frénétiques suite à la malencontreuse décharge, ma capacité de réaction rapide est limitée. Surtout que mon allergie au Baygon Vert s'amplifie, mais c'est la guerre, il faut savoir faire preuve de sacrifice. D'ailleurs Vassili, magnifique chaton de 2 mois n'a pas survécu aux poisons disséminés dans l'appartement. Un héros, d'ailleurs je nommerai cette bataille, que je gagnerai à coup sûr, LA BATAILLE DE VASSILI.

11:51 Écrit par Gatky | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.