09/12/2004

Désolé

Je ne suis là pour personne : je cherche mon passeport. Deux heures que je retourne toute la baraque. Là, par exemple, je reviens du garage et je suis retombé sur mes vieilles déclarations d'impôt qui m'ont arraché une larme émue. Ma femme s'est courageusement attaquée à une armoire + grande qu'elle, et arrivée au 3ème tiroir, celui des photos, elle s'est assise…pour les trier. A défaut du petit livre rouge, c'est là qu'est l'os : chaque élément soulevé rappelle des souvenirs et impossible de s'extraire de leur emprise. Dommage que les frontières soient infranchissables avec un vieux badge expo de 95 ; notez qu’avec la tronche de genoux que je me payais, soit les douaniers lancent Interpol à la recherche du coiffeur qui sévissait à l’époque, soit ils me coffrent pour 20 ans pour « injure à agent ». Reste pas des tonnes de solutions : mettre le feu au bâtiment pour repérer la fumée caractéristique pour ce type d’encre ? Passer le réveillon à Cul-des-Sarts ? Voyager comme clandestin à l’arrière d’une camionnette, déguisé en sapin ? Tout ça pour UN foutu papier : ils pourraient pas nous sertir une bague d’identification à l’oreille droite, où nous injecter une puce sous l’aisselle ? Effectué avec professionnalisme, ça pourrait être très joli, non ?

21:14 Écrit par Gatky | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

ben alors tu vas où?
longtemps?
nous laisse pas languir,
poste quelques messages à retardement ou décalés (heu non, finalement ça suffit comme ça, le décalage...)

;-)
bonnes vacances, donc?

Écrit par : crassipan2 | 09/12/2004

comme tu l'as remarqué précédement, un mécréant comme moi ne peut vivre l'Enfer qu'ici bas. Je vais donc errer de bûchers en bûchers...si je retrouve mes papiers !

Écrit par : AH | 10/12/2004

Les commentaires sont fermés.