28/04/2005

La culbute finale

Donc dimanche nous crierons Mayday Mayday en courant dans la rue les bras en l'air (avec ou sans banderoles : c'est 1er Mai pour les bourges qui nous lisent). Nous irons également faire bénir nos oeufs par le Pope (c'est Pâques Orthodoxe pour les athées qui hantent ces lieux). Et nous ferons la java jusqu'au petit matin, parce que Nom de Dieu de Nom de Dieu on sera surtout DIMANCHE, et le dimanche ici c'est sacré : pas question de faire semblant de rien foutre comme le reste de la semaine, on se contentera de rire, boire, chanter, bouffer & danser; et malheur aux idées noires qui essayeraient de s'infiltrer insidieusement : elles se feraient niquer comme tout le reste. En avant, camarades !

23:42 Écrit par Gatky | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

24/04/2005

Ma chère Filleule,

Puisque nous sommes désormais liés spirituellement, fini de rire. A défaut d’être une lumière, je ferai le phare ; et en tant que Perdu en chef dans les méandres des relations humaines, je te guiderai au moindre gazoulli de ta part. Enfin, je suppose que les gazoullis n’ont qu’un temps, mais les questions sans réponse, elles, jalonnent tout le reste de l’existence. Il est bien entendu qu’on a besoin d’un Papa et d’une Maman comme premiers repères, mais crois-moi, tu n’auras pas de trop avec une Marraine et un Parrain à tes côtés. Ce n’est pas là juste un geste d’amitié, mais surtout la seule issue possible pour nous, pauvres mortels, si on ne veut pas que l’égoïsme et le cynisme soient déclarés gagnant par abandon de terrain. Mon job de Parrain paraît donc simple, mais le remplir convenablement sera une autre paire de manche, et à nouveau, crois-moi ou pas, je compte bien y mettre toute mon énergie, convaincu que la solution à beaucoup de choses ne viendra que par l’éducation et la compréhension d’un certain nombre de valeurs. Le respect des autres, l’humilité, le goût de l’effort, le don de soi, ne sont que quelques exemples de ce qui contribuerait à faire de toi une personne bien, mais qui surtout serait une immense bouffée d’oxygène dans un monde dominé par les jouissances matérielles, la recherche de sécurité et du moindre effort. Par réflexe, on veut toujours donner aux enfants ce que l’on n’a pas eu. Imaginons simplement un monde meilleur en te donnant ce qui nous a vraiment manqué, ce que l’on voudrait tous vraiment, et qu’on ne voit pas à la télé ou dans les pubs, mais qui en grattant bien, se trouve ça et là dans la conscience d’un Parrain à ta disposition.

21:37 Écrit par Gatky | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

22/04/2005

Tout le monde à l'eau

Pendant que Benito XVI peaufine son premier Live, pendant que des tonnes de bébés font la file pour se faire baptiser, pendant que des mégatonnes de parrains cherchent l'inspiration pour un laïus qui devrait marquer les générations à venir, pendant que la miss '65 déléguée à la météo joue avec nos nerfs en nous annonçant que ce WE, peut-êt' y f'ra bö, peut-êt' y va pleuvoir, pendant que la France retient sa respiration pensant que toute l'Europe tombera en syncope à sa suite, pendant qu'Anderlecht fout une branlée aux Rouches comme chaque année, pendant un milliard de plein d'autres choses, se trouvent, tout au fond des océans, un tas de poissons qui n'en ont rien à foutre, parce que de toute façon il fait tout noir, personne les voit, personne risque de venir les emmerder, et c'est très bien comme ça.

22:57 Écrit par Gatky | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

20/04/2005

Le Big Bang pour les gnoufs, AN 1

Donc au commencement était un pommier. Avec UNE pomme. Eve décréta qu'Adam était même pas cap', et ce couillon, loin d'imaginer la vie rock'n roll qui l'attendait au détour d'une branche décrocha la lune et se fit virer d'un paradis de toute façon infesté de serpents. Inutile de dire que devant l'adversité, la baisse (de quelques km) du niveau de vie, et l'absence de perspectives, Eve chercha de suite un meilleur Tarzan, et l'homme de Spy naquit de cette union forcément aussi sauvage qu'illégitime. C'est pour cette raison qu'aujourd'hui encore n'importe quelle pauvre pomme se prend pour le centre de l'univers.

23:02 Écrit par Gatky | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

19/04/2005

Joli pseudo, Monseigneur

Faut dire que le Benoît N°15 s'accrochant à la neutralité pendant la grande guerre (celle de 14 pour les analphabètes qui nous lisent) était surnommé le Pape boche ou le Pape français, suivant la tranchée dans laquelle on se trouvait. On a même entendu qquechose comme "Pilate XV", ce que je trouve personnellement très réussi. Nous voilà donc arrivés au 16 rue de la Loi Divine. Remarquez au passage que malgré les craintes du péril jaune, nous voilà en pleine ère teutonne de facto : qui est champion de F1 ? Qui chante Amerika Amerika ? Et maintenant un Pape, en attendant l'Eurovision dans un mois ? Oh, bien sûr qu'on s'en tape s'il cause en verlan, en danois ou s'il continue à mettre ses verbes à la fin des phrases. On s'en ficherait même complètement s'il n'y avait tant de vies en jeu.

21:57 Écrit par Gatky | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

18/04/2005

Fight Club

S'il existe, quelque part en Afrique, un dicton du genre "on ne réveille pas un lion qui dort", dans notre monde à part on ferait sans doute mieux de se méfier de la contestation rampante. Alors qu'on ne nous demande pas notre avis sur l'Europe, sujet Oh combien tabou "t'es d'accord avec tout ou t'es contre l'Europe", on voit apparaître, notamment sur les campus, un intérêt incroyable pour un bidule complètement indigeste : le projet de Constitution. Sans parler de Bolkenstein qui a fait hurler les éclaireurs, ou de l'approche du MayDay, nom du 1er Mai que comptent se réapproprier les Alter de + en + nombreux. Arrêtez de rigoler, l'improbable n'est qu'un mot à 12 points, faisant peu de poids face à un "changement" bien placé. Regardez vers l'Est : ils ont contre toute attente réussi à passer de la révolution rouge à l'orange; à l'Ouest certains semblent mûrs -verts pour les chargés en toxines qui ont du mal à suivre- pour dire NON au système qui s'est insidieusement imposé. Reste juste un détail pour après : à quoi peut-on dire OUI ?

23:01 Écrit par Gatky | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

17/04/2005

Le bonheur est dans le pré

Intéressant de voir comme certains semblent s'en sortir haut la main : Une maison où absolument rien ne manque, toute la tribu présente une dentition parfaite, et les vacances évidemment inédites. Reste que comme tous vernis, ça craque de partout sans que l'on touche à quoi que ce soit. Postez vous négligemment près du BBQ une chope à la main, et le gros malin qui vous a invité pour une raison qui vous a complètement échappé, ce gros malin qui repu de bonheur devrait se contenter de se débattre avec quelques ustensiles qu'il n'a visiblement jamais utilisés de sa vie, ce gros malin, donc, tentera inévitablement d'amuser la galerie en parlant du cul d'une pauvre oie dont il espère se gaver. Si ce trouduc jouait dans la cave avec des munitions de 14 il serait sans doute moins dangereux pour la vie de famille, mais bon. Là où le ridicule de la situation vous explose à la gueule, c'est lorsque la maîtresse des lieux vous lance un de ces regards, tout en disant "à table", ou n'importe quoi d'autre d'ailleurs. Reste à sauver la soirée en se dénichant un chouette fauteuil, orienté fond de jardin, pour, avec un peu de chance, assister à un magnifique ballet de nuages, tout en sirotant l'une ou l'autre bouteille sauvée du naufrage.

22:10 Écrit par Gatky | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

14/04/2005

Et maintenant ?

En attendant que l'on ressorte la chaise percée pour vérifier si le prochain Pape vient bien de Mars et pas de Vénus; en attendant que le journal des rhétos sur RTL nous annonce la fin du chaos pour un monde meilleur; en attendant que l'on s'épuise de surconsommer tout ce qu'on n'aurait normalement jamais dû pouvoir se payer; en attendant tout cela et bien d'autres choses, je musarde. Plutôt effrayé par l'ambiance un peu pute des rapports humains, plutôt rassuré par la douce quiétude de ces lieux, je rentre la tête dans les épaules, les mains dans les poches, mais je sifflote en marchant. Puisqu'il est dit que sur un tas de fumier on trouve toujours une belle petite fleur, et en tant qu'éternel optimiste malgré tout ce merdier, en cas de nécessité vous savez où me trouver.

23:14 Écrit par Gatky | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |