27/11/2005

Ceci n'est pas un message

On ne va pas en faire un fromage si les bagnoles sont brûlées pour le plaisir -ne dit-on pas "feu de joie"-, si cette conne de Madonna paye 8,5 millions d'euros pour un refrain absolument ringard d'un groupe tout aussi totalement ringard, "Abba", à bas quoi, d'abord ?, pour finir par engranger de quoi bouffer de la viande de cheval jusque la 10éme génération sans lever la patte, ou pas trop, ou plus trop souvent, ou en faisant grise mine ? On ne va pas faire la fine bouche si la culture aujourd'hui se résume à voir le magnifique cul de Belluci, avec le sourire dans les yeux de cet enfoiré de Campan (Mais 10x, mon âme, je l'aurais vendue pour être à sa place, et vos chiottes en prime aurait récuré), ou d'assiter à une rétrospective Bettina Rheims où la chaire n'est jamais que du lard aux cochons que nous sommes, sutout vous au 3ème rang, avec les lunettes offertes par le mutuelle et la mèche moins rebelle que grasse. Alors quoi, on les explose, nos sens, en regardant MTV extasiés, en écoutant RTL hallucinés par l'odeur de l'herbe coupée alors que nos doigts de pied sont figés par un gel unique en cette saison ? Donnez-moi UNE bonne raison pour que le pinguoin qui sommeille en moi fasse autre chose de ses soirées que danser sur "Toi, toi, mon toit", cherche l'équilibre entre une sience en continuelle évolution et une morale de moins en moins immuable. Et merde. Les papillons en l'air. Les fourmis par terre. Chacun est à sa place. Toi, toi , mon toit...

16:49 Écrit par Gatky | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |